ACADÉMIE DE LA GRANDE CHAUMIÈRE

Ateliers de dessin, peinture et modelage d'après modèle vivant depuis 1904. 

Crédit photo :  François Ayme

Un chapitre de l'histoire de l'art

L'esprit de liberté de création demeuré intact, reste aussi le souvenir des artistes qui ont marqué l'histoire de la peinture : Gauguin, Modigliani, Morher, André Lhote séjournaient dans la maison mitoyenne de l'atelier qu'ils fréquentaient. À ses tous débuts, lorsque l'Académie avait ses locaux Quai des Orfèvres, Delacroix, Manet, Picasso et Cézanne participèrent à sa création. Et plus près de nous, des artistes comme Garouste ou Rezvani sont venus réaliser l'esquisse de leurs oeuvres en ces lieux qui à l'origine étaient de petits bâtiments en bois entourés de jardins et aujourd'hui presque inchangés. L'Académie de la Grande Chaumière est la seule institution qui, au début
 du XXe siècle, a ouvert la voie à l'art indépendant, laissant s'exprimer toutes les formes ou techniques, libérant ainsi ses visiteurs et ses artistes des tendances académiques contraignantes artistiquement, mais aussi intellectuellement. Elle fut, en quelque sorte un lieu de résistance et de création pure.

Un lieu mythique au coeur de l'art du début du XXe siècle.

C'est dans nos ateliers de la rue de la Grande Chaumière,  dans ce quartier légendaire de Montparnasse, que les artistes français ou étrangers,  les plus célèbres  - Chagall, Giacometi, Foujita,  Lempicka, Fernand Léger, Louise Bourgeois, Joan Miró, Zao Wou-Ki, Chaïm Soutine... - comme les plus anonymes, sont venus s'asseoir dans le vaste atelier un peu mystérieux de cette Académie libre pour y pratiquer leur art intemporel : modèle vivant, nu, croquis, fusain, dessin, peinture à l'huile…

Et c'est aussi dans nos ateliers que fut transférée en 1870 l'Académie Colarossi, école privée et atelier libre qui offrait alors une alternative à l'institution de l'École des beaux-arts de Paris, devenue trop conservatrice aux yeux de nombreux artistes. Mixte, elle autorise les étudiantes à peindre d'après des modèles masculins nus. C'est ainsi que Jeanne Hébuterne ou encore Camille Claudel fréquenteront les cours de sculpture d'après modèle, dans cet établissement qui attire nombre d'élèves étrangers, notamment américains, scandinave set canadiens. Si l'école est fermée depuis 1930,  ses ateliers ont traversé le temps et accueillent toujours des étudiants et des artistes. 

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.